Tu m'as laissée en vie

Livre numérique

BEAURAIN, Camille. Auteur | JEANDEY, Antoine. Auteur

Edité par Le Cherche Midi - 2019

Détail :

Le premier témoignage à visage découvert sur le suicide paysan Camille rencontre Augustin, son tout premier amour, à 15 ans. Elle qui n'est pas issue du milieu agricole s'installe avec lui à la ferme, où il élève des porcs. Trois ans plus tard, ils se marient. Mais la vie au sein de l'exploitation familiale s'avère tout sauf paisible. Pris entre le travail aux champs, les soins quotidiens apportés aux bêtes, les imprévus sanitaires ou mécaniques, un contexte économique difficile, le couple est étranglé. Très vite, il croule sous les dettes. Après une première tentative, Augustin, âgé de 31 ans, se donne la mort. La fin abrupte d'un quotidien qui devenait insupportable. Comment cet agriculteur, passionné, investi et aimant, a-t-il pu en arriver là ? Y a-t-il des coupables qui l'ont poussé au suicide ? Camille, veuve à 24 ans, témoigne ici avec sincérité de cette misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Tu m'as laissée en vie : suicide paysan, veuve à 24 ans | Beaurain, Camille (1993?-....). Auteur

Tu m'as laissée en vie, suicide paysan, veuve...

Livre

/ Beaurain, Camille .- Cherche midi , DL 2019

Le premier témoignage à visage découvert sur le suicide paysan Camille rencontre Augustin, son tout premier amour, à 15 ans. Elle qui n'est pas issue du milieu agricole s'installe avec lui à la ferme, où il élève des porcs. Trois ...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • tu m'as laissée en vie 5/5

    Poignant témoignage sur la détresse Agricole, qui mène malheureusement à des situations tragiques ... A travers de la situation inédite que nous vivons actuellement , j'espère que le monde Agricole , comme celui des soignants seront revus à leur juste valeur . Témoignage très fort .

    par Martine PAINAULT Le 12 avril 2020 à 17:36