Suzuran

Livre numérique

Shimazaki, Aki. Auteur

Edité par Actes Sud Littérature - 2020

Détail :

Anzu, céramiste, se consacre intensément à son art. Divorcée, elle habite seule avec son fils et ne souhaite pas se remarier. Cette vie calme et sereine lui convient. Sa sœur aînée annonce ses fiançailles et sa visite prochaine avec l’heureux élu.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Sémi | Shimazaki, Aki. Auteur

Sémi

Livre numérique

/ Shimazaki, Aki .- Actes Sud Littérature , 2021

Après plus de quarante ans de mariage, Tetsuo et Fujiko se sont installés en maison de retraite car Fujiko, atteinte de la maladie d’Alzheimer, requiert une prise en charge particulière. Un matin, au réveil, elle ne reconnaît plus...

Sémi | Shimazaki, Aki (1954-....). Auteur

Sémi

Livre

/ Shimazaki, Aki .- Actes Sud , 2021

Après plus de quarante ans de mariage, Tetsuo et Fujiko se sont installés en maison de retraite car Fujiko, atteinte de la maladie d'Alzheimer, requiert une prise en charge particulière. Un matin, au réveil, elle ne reconnaît plus...

Suzuran : roman | Shimazaki, Aki (1954-....). Auteur

Suzuran, roman

Livre

/ Shimazaki, Aki .- Leméac , 2019

Anzu, céramiste, se consacre intensément à son art, surtout depuis son divorce. Elle vit avec son fils et ne souhaite pas se remarier, ayant été déçue les deux fois où elle est tombée amoureuse. C'est alors que sa soeur aînée, cél...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Suzuran 4/5

    Chaque livre de cette auteure est un bijou...

    par Elisabeth PERONY AGWALI Le 25 août 2021 à 21:48
  • SUZURAN 4/5

    Aki Shimazaki nous fait percevoir l'âme japonaise en écrivant en français; sans le filtre de la traduction donc. L'histoire qu'elle nous raconte est toute simple: l'affection dans une famille et les moments difficiles dans la fratrie. Bref c'est la vie avec ses hauts et ses bas, sans haine ni colère. C'est bien écrit. A lire.

    par C. M. C. Le 19 novembre 2020 à 18:56